Enquête #1 - L'électricité "verte" est-elle vraiment verte ?

De plus en plus de fournisseurs d'électricité proposent des offres vertes.

x0e87c5a3d668b18f35e519c23bee18272fae2a56jpegpagespeedic0e0f12wo

L'électricité n'a pas de couleur

Dans l'imaginaire collectif, l'électricité verte provient directement d'une ressource renouvelable (solaire, éolien, hydraulique, ...). Or, les électrons n'ont pas de couleur et ils se retrouvent au final tous mélangés dans le réseau électrique français géré par RTE. Le réseau n'est pas discriminant et il accepte tous les électrons provenant des centrales électriques. Ce sont ces même électrons qui vont parvenir jusqu'aux consommateurs. Ceci étant dit, il est légitime de se poser la question suivante : Comment les fournisseurs peuvent garantir aux consommateurs que l'électricité fournie provient d'une source d'énergie verte ? 

En France, le mix électrique était composé à 72 % de nucléaire et 22 % d'énergies renouvelables en 2018. C'est à dire que pour 100 électrons injectés dans le réseau, 72 provenaient de centrales nucléaires et 22 d'éoliennes, de centrales hydrauliques, de panneaux photovoltaïques, etc. Donc au final, tout consommateur raccordé au réseau consomme le même mélange d'électrons qu'il ait souscrit à une offre verte ou non. L'énergie nucléaire étant relativement propre (seulement 12 gC02eq/kWh produit), nous pourrions nous interroger sur sa classification en tant qu'énergie verte....mais sa technologie est basée sur une énergie fossile et génère des déchets radioactifs. Ces points sombres empêchent l'énergie nucléaire de figurer dans les énergies vertes.

Source : https://www.connaissancedesenergies.org/ 

Comment verdir de l'électricité ?

La pierre angulaire de l'électricité verte est le système des garanties d'origine (GO). L'offre d'un fournisseur est considérée comme verte uniquement si elle est associée à une garantie d'origine. Une garantie d'origine est un bout de papier certifiant que pour chaque kWh consommé, le fournisseur achète un certificat émis par un producteur d'énergie renouvelable situé quelque part en Europe. Les garanties d'origines ne sont pas rattachées aux producteurs. Ainsi, un fournisseur peut tout à fait acheter 1000 kWh auprès d'une centrale à charbon en France et acheter l'équivalent en garanties d'origine à un producteur d'une centrale hydraulique en Norvège. Il aura tout à fait le droit ensuite de mentionner sur son offre que pour chaque kWh consommé, il s'engage à ce que la même quantité d'énergie verte soit injectée dans le réseau.

Donc, une garantie d'origine ne garantit pas l'origine de l'électricité consommé. Au regard des coûts de production de l'électricité, le système des garanties d'origine ne contribue que très modérément au développement des énergies renouvelables. Le meilleur moyen de soutenir les producteurs d'énergie verte est de se fournir directement auprès d'eux en plus de l'achat des garanties d'origine. En effet, une garantie d'origine coûte entre 15 centimes et 3 euros le MWh alors que l'électricité est achetée par les fournisseurs à environ 60 euros le MWh

Par exemple, prenons deux fournisseurs A et B.

Supposons que le fournisseur A achète son électricité auprès d'une centrale nucléaire à 58 €/MWh et des GO à 2 €/MWh auprès d'un producteur éolien au Danemark.

Supposons que le fournisseur B achète son électricité auprès d'une centrale solaire photovoltaïque locale à 58 €/MWh et des GO à ce même producteur à 2 €/MWh. Les deux fournisseurs auront bien dépensé la même somme et pourront proposer une offre "verte" à leurs consommateurs grâce aux garanties d'origine. 

Maintenant prenons deux consommateurs A' et B'.

Le consommateur A' souscrit à l'offre verte du fournisseur A. Il va payer environ 16.5 centimes d'euro/kWh après ajout des taxes et tarif d'acheminement (Cf article Tarification de l'électricité). Pour une facture de 1000 kWh, cela revient à 165 €. Au final, seulement 2 € sera reversé au producteur éolien soit environ 1.2 % du montant total de la facture.

Le consommateur B' souscrit à l'offre verte du fournisseur B. Il va payer environ 16.5 centimes d'euro/kWh également après ajout des taxes et tarif d'acheminement. Cela lui revient à 165 € pour une facture de 1000 kWh. Au final, 60 € sera reversé au producteur d'énergie renouvelable, c'est à dire 36 % du montant de la facture.

Le consommateur B' peut se vanter de contribuer pleinement au développement des énergies renouvelables, contrairement au consommateur A' qui en fin de compte ne fait qu'acheter des bouts de papier qui contribuent en réalité très faiblement au développement des énergies vertes.

Schéma d'illustration

 *Les flèches et pourcentages en rouge indiquent la répartition du montant de la facture des consommateurs

Dans les faits, le coût de production de l'électricité vraiment verte est bien souvent supérieur au coût de production d'une électricité nucléaire (mis à part quelques exceptions). Ainsi, il est plutôt normal que les offres véritablement vertes soient plus chères que les tarifs réglementés. Heureusement, les coûts de production des énergies renouvelables ont tendance à diminuer faisant naturellement baisser la facture.

Comment choisir une offre "verte" vraiment verte ?

Un fournisseur vraiment vert achète ses garanties d'origines au même producteur d'énergie et privilégie les producteurs locaux.

GREENPEACE a établi un classement des fournisseurs d'électricité vraiment verts se basant sur leur approvisionnements en énergie et l'investissement des bénéfices : https://www.guide-electricite-verte.fr/.

Conclusion

L'électricité n'a pas de couleur. Une offre est qualifiée de verte à partir du moment où elle est associée à un certificat d'origine. Or, le système des garanties d'origine est simplement un système financier destiné à soutenir les producteurs d'énergie renouvelable. En aucun cas, elle garantit l'origine d'une électricité puisqu'elle n'est pas rattachée au producteur. Certains fournisseurs profitent de cette opportunité pour verdir leurs offres sans nécessairement s'approvisionner en énergie réellement verte.  

 

 Sources :

__________________________________________________________________________________

Clément VILLALARD

Conseiller en énergie partagé

Tel : 02 32 90 20 48 / 06 99 54 37 86

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.